La Motte Chalancon

Français (Fr)English (UK)
Faune et flore dans la vallée de l'Oule

LA FLORE DANS LA VALLEE DE L'OULE

La vallée de l'Oule, de par sa situation, est riche en flore méditerranéenne tel que buis, genévriers (commun, thurifère, de Phénicie), genêts (cendré et d'espagne), baguenaudier, thym, serpolet, lavande, et sur les sols marneux, aphyllanthe de Montpellier, bugrane rampante...

Elle est entourée de montagnes atteignant 1500 m avec une végétation alpine et préalpine : pins (sylvestre), chênes (blanc), dans les ubacs, des hêtres associés à des alisiers, merisiers, cytises et érables divers.

Cette végétation naturelle est concurrencée par les reboisements en pins noirs d'Autriche qui ont envahi progressivement l'espace à cause de la déprise agricole et de la diminution du nombre des troupeaux. Malheureusement le développement de ces bois de pins referme de plus en plus les paysages (raréfaction d'espèces, difficultés de passage).

Les curieux de botanique peuvent y admirer des espèces rares et protégées, catananche, campanule, ancolie, orobanche, cheveux d'ange, hélianthème (à ne pas confondre avec la benoîte commune), mufflier, de nombreuses orchidées, même les rares sabots de vénus...

Sur les Alpages d'Angèle du Duffre ou de la Servelle et sur les crêtes, diverses variétés de gentianes, anémones, fritillaire, tulipes sauvages, joubarbe, pivoines sauvages, hysope, asphodèle et dans les bois, sceau de Salomon, lis Martagon...

De nombreux chardons, dont le cardère (cabaret des oiseaux), le chardon échinops, le cirse des champs, la carline vulgaire, la carline des Alpes et la carline chadousse en forme de soleil...

Dans les espaces cultivés, avec l'habituel coquelicot, la corbeille d'argent, le bouillon blanc, mauve, on apprendra à distinguer la bourrache et la vipérine.

Dans les prés, bien sûr on rencontre les fleurs de printemps, pissenlit, marguerite, sauge des prés, bouton d'or, coucou...

Dans les haies, outre les fleurs habituelles de printemps, violettes, primevères, anémones hépatiques, millepertuis, hellébore fétide, pois de senteur, notons l'aubépine, l'églantier et le fusain d'Europe (Bonnet d'évêque)...

Les bois sont riches en champignons comestibles : lactaire sanguin (pinets), lactaire délicieux, petit gris, morilles, pieds de moutons, craquerelle... Et la truffe se récolte en hiver au pied des chênes (voir séjours truffe).

Ce n'est là qu'une énumération bien incomplète mais chacun trouvera son compte dans cette variété. Par contre, il est demandé de respecter ces richesses fragiles et de se conformer aux mesures de protection en la matière, notamment en s'interdisant de cueillir les espèces protégées et de déranger les animaux. Au cours de vos observations, souvenez-vous que vous êtes sur des propriétés privées, respectez les cultures et les troupeaux. Merci.

 




 

Textes Robert LAUDET

Haut